Rénovation en copropriété : tout ce qu’il faut savoir

rénovation

Lorsqu’on réside en copropriété, il y a un moment où on souhaite réaliser des travaux de rénovation. Cependant, il faut savoir qu’il existe certaines règles et des étapes à respecter pour rénover un logement en copropriété. Ces règles varient en fonction de la nature des travaux à effectuer. Découvrez tout ce qu’il faut savoir pour la rénovation en copropriété.

Les types de travaux de rénovation en copropriété

En matière d’un projet de rénovation d’un logement en copropriété, il existe trois types de travaux de rénovation. D’abord, il y a les travaux concernant les parties communes ou les équipements communs. Dans ce type de travaux, tous les copropriétaires sont concernés. En fonction de la nature des travaux, c’est le syndic ou l’assemblée générale qui est le décisionnaire.

D’ailleurs, visitez le site https://easysyndic.be/ si vous cherchez un syndic. Le plus souvent, les gros travaux de rénovation doivent être votés obligatoirement en assemblée générale. Ce qui concerne l’entretien courant de l’immeuble est du ressort du syndic. Ensuite, il y a les travaux de copropriété des parties privatives. Il s’agit des travaux engagés par les copropriétaires sur leur partie privative respective réalisés à leurs frais.

Ils sont libres de faire ce qu’ils veulent sauf si les travaux sont susceptibles de modifier les parties communes. Dans ce cas précis, ils doivent d’abord obtenir l’autorisation de l’assemblée générale lors d’un vote à la majorité. Enfin, il y a les travaux d’intérêt collectif dans les parties privatives qui sont financés individuellement par le propriétaire.

Rénovation copropriété : le vote des travaux collectifs

En fonction des travaux engagés dans la copropriété, le type de vote varie et la majorité exigée est différente. En effet, les prises de décision sont soumises à des formalités bien déterminées. Ainsi, les travaux de rénovation votés à la majorité simple concernent les travaux d’entretien et les travaux d’accessibilité aux handicapés.

Concernant les travaux votés à la majorité absolue, il s’agit des travaux devenus obligatoires sur les parties communes. Aussi, le financement personnel de travaux qui touchent les parties communes et les travaux d’économies d’énergie non-admissibles aux dépenses courantes.

Les travaux votés à la majorité double concernent les travaux de rénovation qui ne modifient pas la destination de la résidence. Les travaux votés à l’unanimité sont les travaux de surélévation ou d’addition du toit qui ajoutent de nouvelles parties privatives.

Les étapes des travaux de rénovation en copropriété

La première étape des travaux de rénovation en copropriété consiste à réaliser les diagnostics techniques. Il faut faire un diagnostic technique global qui est obligatoire pour tous les immeubles de plus de 10 ans. Ce diagnostic permet de voir l’état de l’immeuble et de fixer les éventuels travaux nécessaires. Ensuite, on doit programmer les travaux de rénovation.

Sur les données obtenues lors des diagnostics, l’assemblée générale va statuer sur la nature et l’ampleur des travaux. Comme dans toute rénovation d’un logement individuel, plusieurs cas peuvent se produire selon la volonté des copropriétaires. Toutefois, tous les travaux doivent être votés par les copropriétaires. La troisième étape concerne la recherche de financements qui est du ressort du syndicat des copropriétaires.

Il faut ensuite préparer les travaux de rénovation. Un cahier des charges est rédigé pour permettre au syndicat des copropriétaires de consulter les futures entreprises intervenantes. Enfin, la dernière étape s’agit de la réalisation des travaux dont le suivi est assuré par le maître d’œuvre avec le syndic de propriété.